mardi 30 mai 2017

Créer son entreprise aux Etats-Unis, Mode d'emploi


ENTREPRISE

Comme je vous l'expliquais la dernière fois, j'ai donc créé mon entreprise aux Etats-Unis (le site par ICI). 
Quand on dit ça, ça parait immédiatement très entrepreneur et compliqué, pourtant, dans les faits, cela a été (presque) un jeu d'enfant !

Mais avant de savoir quels étaient mes droits et possibilités, j'ai quand même passé pas mal de temps à chercher des informations sur la façon de créer une entreprise en tant que J2 (statut de mon visa).
Finalement, j'ai consulté un avocat spécialisé dans l'immigration, qui m'a renseigné.
Il s'avère que, dans mon cas, dès lors que l'on a l'autorisation de travailler (plus de détails pour faire sa demande d'EAD par ICI), on est autorisé à créer son entreprise. Easy !!!




Les différents statuts


Mais ensuite, il faut choisir son statut. Il existe différents types de statuts dont les entreprises à responsabilité limitée (c'est à dire que la personne n'est pas solidaire de son entreprise en cas de soucis). Les plus connues :
- Corporation
- LLC (Limited LiabilityCompagny)

Les entreprises à responsabilité illimitée où,  au contraire, les biens propres de la personne sont engagés. En cas de pépin,  la personne est donc personnellement responsable, c'est le cas des :
- Sole Proprietor
-  Partnership

Difficile de savoir comme choisir son statut. Aussi, j'ai procédé par élimination. 
Le statut "partnership" concerne les personnes qui s'associent, ce n'est pas mon cas. Restaient donc, dans les  statuts les plus courants : la Corporation, la LLC  et le Sole Proprietor.
La LLC et la Corporation présentent toutes deux des avantages mais sont plus compliquées à mettre en place et nécessitent pas mal de frais.
J'ai donc décidé de débuter, avec un statut Sole Proprietor, me laissant la possibilité d'en changer par la suite.


Le Sole Proprietor en détail


Le Sole Proprietor est la forme juridique la plus répandue aux Etats-Unis. Ce statut désigne l'exercice d'une activité individuelle sans création de personne morale.

Les inconvénients :
- L'entrepreneur est responsable à titre personnel des obligations de l'entreprise
- Sa responsabilité est illimitée et engage ses biens propres

Les avantages :
La simplicité : Il n’y a aucune démarche à faire pour exercer en tant que sole proprietor. La seule démarche concerne l’utilisation d’un  nom autre que son nom personnel,  ce qui implique l’obligation d'inscrire ce nom ("assumed name certificate ») et de payer une taxe de moins de 30 $.

Pour résumer, il suffit d'exercer pour être un Sole Proprietor !  Le seul élément qui est utile est le EIN, un numéro d'authentification qui est souvent demandé par les banques notamment.
Pour obtenir son EIN, c'est par ICI.

Et voilà, ce n'est pas plus compliqué que ça pour  démarrer son activité en tant qu'entrepreneur (Sole Proprietor) et maintenant comme  on dit ici :
"Go for it" (Fonce !)


Des commentaires, des questions ? On continue la discussion dans les commentaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire