Nous voici à J-1 de connaître le 45ème Président des Etats-Unis. Suspens ou pas ? La réponse mardi soir pour les Américains et mercredi matin pour les Français. Mais en attendant, je vous propose de revenir
un peu sur le fonctionnement de ces élections, pas si simple !

Le Président des Etats-Unis qui est-il ?

Avant d’aller plus loin, revenons sur le rôle de Président des Etats-Unis. Ce dernier est élu pour quatre ans et peut cumuler deux mandats. Il est le Chef du Gouvernement, et à ce titre : le Chef de l’administration et le Législateur en chef.
Il est également :
 Chef des armées et de la garde nationale (mais c’est le rôle du Congrès de déclarer la guerre)
Chef de la diplomatie
Responsable de l’application des lois votées par le Congrès
Enfin, il possède le droit de grâce pour les crimes fédéraux


Et sinon, en termes de personnalités cela donne quoi ? 
Voici une liste de tous les anciens Présidents du dernier siècle. On remarque que les Bush et les Clinton ont longtemps occupé le devant de la scène. Va-t-on repartir pour une nouvelle page Clinton ?
PRESIDENTSUSA
 © Le Point

Barack Obama, le bilan…

OBAMA
© LeFigaro
Premier Président Noir Américain, Barack Obama, est aussi le premier Président à paraître aussi près de son peuple et accessible. Toujours souriant et détendu, il est vu, par beaucoup d’américains, comme un Président sympathique et humain.
Mais au niveau politique, ça donne quoi ?Déjà rappelons que même si Barack Obama est démocrate, le congrès, lui, est républicain. Difficile donc de faire passer toutes les lois souhaitées dans un contexte de cohabitation.
Le Figaro
résume en 10 dates clés son mandat (l’article complet avec les explications par ici), voici les points forts :
Le 20 janvier 2009, Obama devient le premier Président noir des États-Unis
Le 17 février 2009, un plan de relance de 787 milliards de dollars (après la crise des subprimes)
Le 23 mars 2010, l’Obamacare
Le 2 mai 2011, mort d’Oussama Ben Laden
Le 18 décembre 2011, le retrait des dernières troupes américaines en Irak
Le 7 juin 2013, l’affaire Snowden
En septembre 2014, mise en place de la coalition contre Daech
Le 14 juillet 2015, accord sur le nucléaire iranien
Le 17 décembre 2015, les Etats-Unis renouent avec
Cuba, l’ambassade américaine est à nouveau ouverte.
Le 6 janvier 2016, Obama restreint la vente d’armes à feu

Hillary et Trump, quels programmes ?


Les candidats ont tous déjà fait beaucoup parler d’eux, Hillary pour le scandale des emails et Trump pour ses affligeantes réflexions racistes et sexistes.
Mais connaît-on vraiment leur programme ? Je vous propose d’en voir les grandes lignes :

Hillary 

Le journal Libération propose une présentation des 6 projets forts d’Hillary (l’article complet, par ICI) et soulève l’orientation à « gauche » et la forte influence de Bernie Sanders (son adversaire démocrate lors des primaires) dans ce programme  progressiste.
HILLARYCLINTON
HILLARY – SLOGAN : 
Hillary for America
(Hillary pour l’Amérique)
Faciliter les droits des familles
Avec notamment 12 semaines de congé parental rémunéré, ou en cas de problème de
santé grave d’un membre de la famille – avec versement d’au moins deux tiers du salaire.
Réformer la finance. Dont : 
– une «taxe de sortie» pour les institutions financières
expatriant leurs revenus 
– l’interdiction d’effectuer des investissements risqués avec l’argent du contribuable
– la responsabilisation des acteurs du marché.
La gratuité de l’université.
Le salaire minimum de 12 dollars de l’heure.
Lutter contre le changement climatique
Avec le respect de l’accord de Paris (ratifié le 3 septembre par les Etats-Unis) et
les objectifs de réduction d’émission des gaz à effet de serre.
Faciliter l’intégration des immigrés. Dont, entre autres :
– la suppression de  «la barre des trois et dix ans», la période d’attente imposée à une personne qui a résidé illégalement aux USA avant son possible retour par des voies légales
– la diminution des frais de naturalisation.

Trump

Immigration
Il prévoit, entre autres :
TRUMP
TRUMP – SLOGAN : 
Make America Great again
(Rendre l’Amérique à nouveau grande)
– la construction d’un mur entre les USA et le Mexique
dont la construction serait payée par le gouvernement mexicain.
– l’arrêt total et
complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis (immigrés, visiteurs et
touristes compris).
Politique étrangère
Il prévoit notamment :
– que l’«armée américaine sera si puissante que nous n’aurons plus besoin de
l’utiliser. Personne ne viendra nous chercher. »
– la possibilité de « résoudre le conflit israélo-palestinien en deux semaines »
– une guerre commerciale avec la Chine
– le rétablissement de bonnes relations avec Vladimir Poutine.
Economie
Il prévoit :
– une grande réforme fiscale en supprimant l’impôt sur le revenu pour les
américains gagnant moins de 25 000 dollars
– la diminution du taux d’imposition de 39,6% à 25%
– la diminution de l’impôt sur les sociétés de 35% à 15%
– des mesures protectionnistes avec la relocalisation des grosses sociétés américaines.
Santé
Il prévoit :
– la suppression de l’Obamacare (couverture médicale abordable pour tous les américains)
– l’importation de médicaments délivrés sur ordonnance. 
Armes et avortement
Fervent défenseur des armes à feu, il prévoit :
– la vente de fusils d’assaut
– la suppression des subventions aux établissements de santé pratiquant l’IVG.
Environnement
Il ne croit pas au réchauffement climatique et veut
supprimer les financements de l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement)
qui serait pour lui, une menace à la croissance et à l’emploi.


—————————————
Vous le constaterez donc, il ne ferait pas bon vivre aux Etats-Unis, si Trump est élu… surtout en tant qu’étrangers ! Il est donc bien plus que souhaitable qu’Hillary remporte les élections ! Cependant, elle reste la candidate la plus interventionniste et la plus enclin à entrer en guerre, rappelons, qu’elle avait voté pour la guerre en Irak en 2002En attendant de connaître lequel des ces deux candidats va prendre la tête du pays, revenons rapidement sur le fonctionnement du vote.

Les votes, ça se passe comment ?

Si le Président des Etats-Unis ne sera réellement investi que le 20 janvier 2017, lors de l’Inauguration Day, c’est mardi 8 novembre que nous connaîtrons le nom du successeur de Barack Obama après le dépouillement des votes des grands électeurs. Mais comment se passent ces votes ? Rappelons que le Chef d’Etat américain est désigné au suffrage universel indirect après de nombreuses étapes électorales suivant un calendrier bien précis.
Au final, ce sont les grands électeurs qui vont voter pour le candidat de leur parti.

Qui sont donc les grands électeurs ?

Les grands électeurs sont 538 représentants qui vont voter pour le Président (ce dernier doit obtenir 270 de leurs voix pour être élu).  Chaque Etat a un nombre variable de grands électeurs, dont au moins 2 sénateurs dans chaque Etat et des élus à la Chambre des Représentants selon la population de l’Etat. Mais comment cela se passe-t-il ensuite ? Les électeurs vont voter dans leur Etat pour Trump ou Hillary (il est à noter que d’autres candidats se présentent, mais n’ayant aucune chance de gagner, ils ne sont pas médiatisés) et celui qui obtiendra la majorité des voix remportera les  grands électeurs attribués à cet Etat (qui varient donc selon sa population). Ce paramètre est très important à comprendre car il explique pourquoi ce n’est pas nécessairement le candidat qui a le plus de voix du public qui gagne. Par exemple, si Hillary gagne à 100% dans 2 Etats ayant 3 grands électeurs, elle n’aura finalement que 6 grands électeurs votant pour elle. Si Trump gagne de 51% un seul Etat ayant 8 délégués, il obtiendra avec  moins de voix du public un nombre plus important de grands électeurs.
A noter, seuls deux Etats ont un mode de fonctionnement différent et appliquent la proportionnelle.
La carte avec le nombre d’électeurs de chaque Etat, parICI
Le Jour J
Le jour des élections, les votants doivent aussi se prononcer sur différents autres sujets comme :
– le renouvellement d’une partie du congrès
– les élections fédérales
– les élections locales
– les référendums
Les élections aux USA, c’est donc toute une affaire. Pourtant, le taux de participation est depuis 1968 inférieur à 60% (en comparaison, il était de 80 % pour les élections présidentielles françaises de 2012). Certes, ce n’est jamais un plaisir de se déplacer et de faire la queue pour voter mais, l’Etat simplifie relativement la chose avec certains Etats qui considèrent la journée comme fériée et d’autres où il est possible de voter déjà depuis septembre. 
En attendant les résultats, vous pourrez suivre les tendances sur la page du NewYorkTime très bien faite avec un détail des estimations de votes Etat par Etat, l’article par ICI
En  un clin d’œil, voici donc ce que ça donne sur la carte (à mettre bien sûr en relief avec le nombre de grands électeurs par Etat, parICI).





 On poursuit la discussion dans les commentaires