Qui n’a jamais rêvé de s’enfoncer dans les marais du parc national des Everglades ? Moi si 😉
Pour rappel, le parc national des Evergaldes est un immense parc subtropical composé de marécages qui couvre toute la pointe sud de la Floride sur près de 6000 km2.
Carte Everglades
Le parc est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. Son statut de parc national lui a été attribué moins pour valoriser ses paysages que pour protéger son écosystème fragile et ses espèces menacées dont la panthère de Floride, le crocodile américain et le lamantin de Floride. Pour le visiter, il faut sélectionner un point d’entrée (tous éloignés les uns des autres). Et pour nous, qui venions des Keys, nous avons décidé d’y entrer par Royal Palm au sud-est, direction Flamingo (le point en rouge sur la carte).

Camping au pays des Moustiques

Les Everglades sont la dernière étape de notre road trip (2015) en Floride. C’est le début de soirée quand nous arrivons au Camping Flamingo à l’extrême Sud du célèbre parc des Everglades. Nous avons été briffés par notre amie Sandrine qui a passé trois jours dans cet endroit une petite semaine plus tôt : il y a des tonnes de moustiques, c’est horrible !!! Cela fait plusieurs jours que l’on se prépare donc psychologiquement à se faire dévorer

Nous avons à peine le temps d’observer le site très nature et très calme que nous nous activons déjà à préparer notre campement. A la lueur des phares, nous montons donc nos tentes puis préparons notre barbecue. Nous
avons prévu du bois pour faire un feu que nous démarrons sans tarder pour éloigner les moustiques tant redoutés.

Finalement, nous nous étonnons presque qu’ils ne soient pas plus nombreux et plus agressifs mais cela ne va malheureusement pas durer. Peu après avoir éteint les phares, nous sommes littéralement assaillis par les insectes voraces.

Faune Everglades
Barre fine
L’horreur ! Nous nous couvrons, nous badigeonnons de répulsifs, allumons des serpentins de citronnelles mais rien n’y fait.Nous nous faisonsdévorer même à travers nos habits. Finalement, nous décidons de manger par terre tout près du feu, mais là encore ce n’est pas suffisant pour les repousser. Impossible de rester dehors dans ces conditions, nous filons prendre une douche, pendant laquelle, nous nous faisons encore piquer tant et plus puis rentrons nous enfermer dans nos tentes. Mais là non plus nous ne sommes pas tranquilles. Le temps de nous faufiler et de fermer la moustiquaire, une grosse dizaine nous a suivi et nous passons un long moment à les tuer les uns après les autres.

A présent, il ne nous reste donc plus qu’à essayer de nous détendre et passer une bonne nuit...

——————————————————————————————————————————————————————-

Des moustiques et toujours des moustiques

Mais le lendemain matin à peine sortis de la tente, le calvaire continu. Alors que je me dirige vers les sanitaires une dizaine de moustiques sont en train de me piquer les jambes, les bras, le visage…
C’est tout simplement intenable. Nous décidons de plier au plus vite le campement et de fuir ces horribles insectes. Nous pensons beaucoup à nos amis Sandrine et Louis-Jan qui ont réussi à passer 3 nuits avec leur 3 filles dans ce camping, chapeau bas !!!
Ce n’est pas ainsi que nous imaginions notre dernière nuit de camping en Floride et nous espérons que notre balade dans le parc ne sera pas trop compromise car cela fait longtemps que nous nous languissons de découvrir ce célèbre parc connu pour sa végétation subtropicale et sa faune diverse qui compte entre autres, des alligators, des panthères et des lamantins ces gros éléphants de mer. En attendant, nous quittons à regret notre magnifique emplacement à présent envahi par les vautours qui dévorent les restes de notre repas de la veille.



EVERGLADES
Barre fine
EVERGLADES


Barre fine

EVERGLADES
Barre fine
—————————————————————————————————————————————————————–

Barre fine

Direction la marina de Flamingo

La marina

Nous rejoignons donc de bonne heurela marina, le point le plus au Sud du parc accessible en voiture, juste en face des îles Keys qui sont tout près à vol d’oiseau.Ici, les moustiques semblent moins féroces. Un peu de répit est le bienvenu. Cependant notre programme semble compromis. Nous avions prévu de faire du canoë pour explorer les mangroves et observer les alligators mais malheureusement l’hôtesse d’accueil confirme nos craintes, la balade est infestée de moustiques. Nous n’avons pas le courage de lutter à nouveau et renonçons à nos plans.

Note rendez-vous manqué avec l’hydroglisseur

L’autre activité très prisée est la sortie en hydroglisseur mais nous avons eu de mauvais retours sur cette sortie très touristique où le bruit important généré par le bateau et le nombre d’autres embarcations gâchent le plaisir nature.Nous prévoyons donc une balade pédestre des environs qui se révèle riche en découvertes. Près d’un pont, nous découvrons un alligator. Dans le petit port, nous apercevons régulièrement les énormes silhouettes de lamantins rasant la surface de l’eau, puis plus loin leur tête rigolote et leur gueule grande ouverte sous le jet d’eau relargué sous la coque d’un bateau. L’originalité est au rendez-vous de ce spectacle qui rassemble un petit groupe de touristes émerveillés.