Et voilà un peu plus d’un an qu’on prenait nos 2 valises chacun (le reste était envoyé par bateau 😉) et notre chat et qu’on rentrait vivre en Europe après presque 4 ans de vie aux Etats-Unis. Une décision dont je parle plus en détails par ici. Comme j’aimais le faire aux Etats-Unis, j’ai décidé de faire un petit bilan de notre expatriversaire, soit de l’anniversaire du début de notre expatriation en Espagne. Alors ready ?

Le temps du bilan…….

Vous vous rappelez peut-être mes articles expatriation aux US 1 an plus tard et 2 ans plus tard. Le constat était plus léger, plus évident. Avec du recul, cette année d’expatriation en Espagne aura été un peu plus en demi-teinte. Je vous raconte pourquoi. Mais avant, je précise que tout n’est pas négatif non plus 😉 On a tendance sur les réseaux sociaux et dans les articles de blog à parler du positif et forcément faire ressortir le meilleur. Du coup, quand on aborde le négatif ou que l’on fait des constats mitigés, cela semble toujours plus fort, plus radical. Il est naturel de vouloir partager le positif (d’autant, que personnellement, je n’aime pas trop m’attarder sur les détails de la vie de tous les jours qui restent personnels et surtout pas toujours intéressants pour les autres). Mais il est aussi important de rester objectif, entier et sincère. Surtout sur un sujet tel que l’expatriation qui a forcément toujours son lot de points positifs et négatifs ! Alors voilà les grandes lignes.

selfie Tabernas

➤ Se réacclimater à l’Europe

Premier gros challenge après 4 ans aux Etats-Unis, se réhabituer à l’Europe. Aux bons côtés : la bonne nourriture, les prix plus raisonnables, la culture latine plus festive et spontanée, la culture aussi au sens large : l’histoire omniprésente, les traditions et nombreuses manifestations culturelles… Mais aussi aux points négatifs : le côté latin plus nonchalant, voire négligent, les gens moins zen (bien que les Espagnols soient plus cool que les Français) ; les démarches administratives laborieuses

Les points négatifs……

➤ Le catalan

Parmi les points négatifs, il y en un propre à la région : le catalan. Autant dire, que déjà j’ai du mal à me remettre à l’espagnol (si je comprends presque tout, il me manque encore beaucoup de vocabulaire et un besoin urgent de revoir la grammaire et la conjugaison). C’est hyper frustrant d’évoluer dans une langue encore tout autre : le catalan ! Après, il n’y a aucun souci  pour se faire comprendre en castillan mais la langue des locaux et de l’administratif reste le catalan. Ce qui veut dire, ne rien comprendre quand les gens parlent entre eux, lors des fêtes de quartier ou encore dans les démarches administratives avec des documents et services, par défaut, en catalan. Ne pas comprendre la langue des locaux est pour moi un frein et me bloque aussi, je pense, dans mes efforts à réviser mon espagnol car j’ai l’impression que cela ne sera jamais suffisant de toute façon. D’un côté, je ne peux pas dire que c’est une grosse surprise, on m’avait prévenue 😉 Mais, je pensais que c’était un de ces préjugés qui ont la peau dure. D’autant que Barcelone est une ville si grande et si cosmopolite !

➤ L’isolation, qué pasa ?

Grand mystère pour moi, les soucis d’isolation à Barcelone (peut-être même dans le reste de l’Espagne). Vivre avec ses voisins fait partie du lot de pas mal de résidents à Barcelone. Chez nous, cela passe par l’impression que le voisin qui ronfle et que le camion poubelle et les supporteurs échaudés du PMU en bas de la rue sont dans notre chambre ! Cela dit, pas forcément en même temps 😉

➤ I need green 

Si j’ai fait le deuil de notre maison américaine et me suis réhabituée à vivre en ville, la nature me manque. Ce qui est exacerbé par le fait que nous n’avons pas de voiture et pouvons moins facilement nous mettre au vert le week-end. Ne plus pouvoir monter à cheval est aussi quelque chose que je regrette! Après, vivre en ville a de super côtés, comme aller à pied au petit cinéma d’art et d’essai de notre quartier ou ne pas avoir à prendre la voiture pour se déplacer. Mais la situation de notre appartement qui a des avantages (être dans un quartier calme et être à deux pas du parc Guëll, notamment) présente aussi des inconvénients. On n’est pas en centre même, même si le super quartier de Grácia est à 10 min à pied mais surtout il faut se farcir la montée 😊 Si parfois j’apprécie de faire plus d’exercices par la force des choses, parfois (surtout quand il est tard et qu’aucun escalator ne fonctionne), j’accueille cette ascension avec moins de positivisme !!!

I

Le système de santé espagnol, on en parle ?

Un système à deux vitesses : public et gratuit (en dehors des dents et des yeux) ou privé et donc cher ! Sur le principe, un système de santé complètement gratuit est top, sauf qu’au final, c’est plus compliqué que ça. On ne peut pas choisir ni son médecin généraliste, ni ses spécialistes et cela peut poser souci, notamment, quand on doit s’adresser à un spécialiste en particulier ou quand les délais sont énormes.

Personnellement, j’ai eu une très mauvaise expérience avec des spécialistes négligents et j’ai dû me tourner vers des médecins français ☹ Aujourd’hui, je dois souscrire une assurance privée pour pouvoir être soignée par les spécialistes dont j’ai besoin car ils ne sont pas accessibles via le service public. Bref, c’est assez décevant et frustrant, d’autant que le système de santé américain était une des raisons qui nous posait souci sur le long terme, Malheureusement, avec le système espagnol, l’accès aux soins reste soit limité soit onéreux.

selfie Montserrat

Les points positifs…….

Après cette liste non exhaustive des points moins marrants voici, à présent, les principaux avantages de vivre à Barcelone :

  • Le climat très doux, que j’apprécie beaucoup même si j’ai toujours eu la chance de vivre dans des régions faciles à vivre d’un point de vue météo entre ma Provence natale et la Caroline du Nord au climat sub-tropical.

  • Les palmiers, peut-être une des choses que je préfère à Barcelone : l’omniprésence des palmiers qui donne au quotidien un air de vacances et d’exotisme très agréable !

  • Les fêtes et manifestations, ce qui est super à Barcelone, c’est qu’il y a des manifestations festives tout au long de l’année. Je vous prépare d’ailleurs un article qui compile les fêtes incontournables à Barcelone.

  • Les environs, vivre à Barcelone c’est aussi vivre à deux pas de la Costa Dorada et de la Costa Brava, deux régions côtières ponctuées de villes de pêcheurs typiques et de reliefs escarpés. Sans oublier les reliefs du massif de Montserrat et les belles villes de Tarragone et Gérone !

photo désert de Gorafe

Un an d’expatriation en Espagne sur le blog…….

Je n’ai pas encore eu le temps de parler de toutes mes découvertes et aventures en Espagne et je prépare, d’ailleurs, pas mal d’articles à ce sujet. Mais voici déjà quelques-uns des articles dédiés à cette année en Espagne et en Catalogne.

➤ Du côté de Barcelone

➤ Autour de Barcelone

Région Barcelone

➤ Du côté de l’Andalousie

couv Andalousie
The end

N’hésitez pas à commenter cet article s’il vous a plu, juste en bas, dans la section commentaires. Je serais ravie d’échanger avec vous 😊

Pas encore abonné à mon compte Instagram ??? Venez suivre mes sorties et mes posts sur la vie du côté de Barcelone et mes aventures espagnoles et américaines.

flèche droite
Instagram Travel With Me In US
2020-04-09T17:14:51+02:00Par |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Hello, moi c'est Nelly, voyageuse aguerrie et expatriée depuis 2015, d'abord aux Etats-Unis, et, aujourd'hui, à Barcelone. Je partage, sur ce blog, ma passion des voyages, mes découvertes et mes bons plans pour voyager comme un local !

Laisser un commentaire